Chargement...
 
Imprimer

Noradyn Blake 03

Capitaine Noradyn Blake, commandante du Cobra, clipper stellaire de classe Orion

Rapport précédent - Rapport suivant?

Rapport n° 002: La forteresse Yu'Wath

 
Après avoir passé quelques jours à désosser l’Emperor’s Bounty pour y récupérer les composants de valeur et transborder les membres de l’équipage survivants, nous ressortons du champ d’astéroïdes. Nous engageons les processus pour passer dans le Warp, le bruit des réacteurs se fait entendre dans tout le vaisseau. Nous rentrons vers Port l’Errance.

Mais très vite quelque chose ne va pas. Les éclairages cessent de fonctionner. La passerelle commence à se tordre. Les serviteurs cessent leurs tâches et se mettent à hurler. Putain c’est quoi ce merdier ?

Je prend le communicateur direct avec la salle des machines et je hurle pour demander ce qui se passe. C’est Vorgen qui répond. Il m’annonce des banalités du genre « quelque chose ne va pas », « l’esprit de la machine déconne »… ouais… Je raccroche. Pas besoin de s’énerver dans un tel moment.

Tout d’un coup mon com-vox sonne. C’est l’appel d’une des équipes du vaisseau qui me signale une brèche à l’intérieur du vaisseau. J’envoie le bosco, les récupérateurs et quelques hommes s’occuper du problème.

La salle des contrôles se réactive soudainement. Ca sonne dans tous les sens. Je donne les ordres nécessaires pour parer au plus urgent. J’ai l’impression que le Cobra n’arrête pas de faire plein de petits sauts Warp. Je prends une petite équipe et je me dirige vers la passerelle dissimulée pour voir ce qui est advenu du « vers » de l’Emperor’s Bounty.

Au moment où j’arrive sur place je vois un des serviteurs avec la saloperie de métal sur sa tête. Le serviteur est branché directement au réseau du vaisseau. Je tire sur lui avant que d’autres hommes tirent à leur tour. Le vers se décroche de son hôte et tombe sur le sol. On se dépêche de le remettre dans sa boîte.

Ensuite je contacte la guide Warp, Shandra, et je lui demande de nous sortir du Warp. Elle me prévient que nous avons opéré de nombreux sauts et il va falloir repérer où nous sommes.

A notre retour dans l’espace normal, nous sommes au cœur d’une galaxie. Au centre se trouve un astre noir assez étrange. Comme une étoile qui absorberait la lumière. A première vue on dirait qu’il n’y a aucune planète dans le système. Je fais lancer les scanners et je dresse la liste des pertes avec les différents chefs d’équipes.

Malheureusement une mauvaise nouvelle vient s’ajouter à la liste. Nous sommes dans l’orbite de l’étoile mystérieuse et nos propulseurs sont tous inactifs. Et comme si cela ne suffisait pas nous sommes coupés du Warp. Shandra pense que cet astre est une sorte de verrou Warp. Mais elle n’en sait pas plus.

Les scans commencent à balancer leurs rapports. L’étoile n’en est pas une en réalité. C’est en fait un astéroïde recouvert de minis forteresses. Il y a aussi trois lunes et une ceinture de débris au-delà de laquelle des vaisseaux aux formes très allongées circulent. Selon les données internes du vaisseau il s’agit de vaisseaux Yu’Wath. Une race censée être disparue.

D’après les scanners une des trois lunes est habitée. Et au sein du spacehulk il y a toujours un vaisseau en état de fonctionnement. Le Cobra est complètement immobilisé et il est impossible d’approcher d’une lune. Par contre le vaisseau léger, le cotre, ne sera pas soumis au champ gravitationnel. Je vais prendre les commandes et emmener une petite équipe sur l’astéroïde habité. Je prends Darius, Vorgen, le Grand Intendant Flint Vorn et une petite escouade d’assaut, au cas où.

La zone habitée est en fait constitué de dizaine de carcasses de vaisseaux écrasés sur une lune. Les vaisseaux les moins endommagés ont été réhabilités en habitations. Nous approchons d’un sas encore intact pour pénétrer dans le singulier complexe formé par les épaves.

Devant le sas, alors que nos scanners détectent une présence de l’autre côté, je reçois un appel radio. Je me présente. Puis mon interlocuteur me dit être le responsable de la colonie Marteck. Il nous autorise à entrer mais propose un échange. Il veut bien nous fournir des informations contre de la nourriture, quelques médicaments et des produits de première nécessité. Nous allons donc rentrer au Cobra pour ramener ce que le type souhaite. Pas besoin de se fâcher avec eux vu la situation merdique dans laquelle nous sommes.

Quelques heures plus tard nous sommes de retour à la colonie Marteck. Nous empruntons le même chemin que la dernière fois et cette fois-ci nous ouvrons le sas. Je rentre en premier. Derrière se trouve une trentaine d’hommes armés de bric et de broc. Certains d’entre eux sont des mutants. Un gros type s’avance vers moi. C’est le fameux Marteck. Il nous invite à rejoindre son bureau pour y discuter plus au calme. Pendant le trajet il parle un peu de la colonie qui comprendrait pas loin de mille personnes, dont une bonne moitié de mutants.

Son appartement est situé dans le quartier auspex d’un ancien vaisseau de guerre. Il nous montre assez vite des détails de la forteresse/étoile. Il y a plein de dômes et de tours translucides qui semblent relayer l’énergie. Marteck confie avoir opéré deux attaques contre la forteresse Yu’Wath mais les « guêpes stellaires » (les vaisseaux allongés) ont intercepté ses attaques. D’ailleurs ils pensent que les vaisseaux sont téléguidés depuis les tours. D’après lui une attaque sur l’une des tours pourrait scinder le réseau d’énergie et permettre la rupture du verrou qu’impose la forteresse.

Je commence à lui parler du spacehulk. Marteck nous dit qu’une confrérie de pèlerins y habite. Il refuse de rejoindre la colonie à cause des mutants. Ils sont, selon lui, de vrais fanatiques. Leur chef s’appellerait Palar. Mais il y a aussi un autre groupe à bord, les membres d’équipage du transporteur, aux ordres d’une certaine Linara Kobolt. Elle semble plus empreinte au dialogue.

Après notre brève entrevue avec Marteck, nous retournons sur le Cobra. Marteck possède encore un puissant missile mais le Cobra est trop loin pour le lancer sur la forteresse et les guêpes stellaires sont un véritable problème. Il faut s’emparer du spacehulk pour disposer d’un poste clé contre la forteresse Yu’Wath. Je commence donc à monter une équipe d’assaut pour prendre le contrôle du vaisseau pèlerin. Pas question de perdre l’opportunité de se sortir de là si les types à bord sont vraiment des fanatiques.

L’équipe d’assaut se constitue. Dimitrius, le maître timonier se joint à l’équipage du cotre. Darius et Vorgen font eux aussi partie de l’équipe ainsi qu’une vingtaine d’hommes lourdement armés.

On fonce vers la baie d’amarrage du vaisseau pèlerin. J’ai confié le pilotage de l’appareil à Dimitrius pour être capable de débarquer en première. Des tirs fusent vers la porte de la passerelle et la voie s’ouvre à nous. Je laisse trois personnes en arrière pour protéger le vaisseau alors que tout le reste de l’équipe fonce vers le quartier de commandement.

Alors que nous passons dans le premier couloir, les alarmes sonnent. Puis une voix se fait entendre. C’est la commandante Linara Kobolt du Pénitence de Iocanthus. Elle nous somme de nous arrêter. Nous continuons. La voix se fait entendre de nouveau et semble mettre des défenses en place avec le reste du vaisseau. Est-ce du bluff ? Peu importe il nous faut atteindre le poste de commandement au plus vite.

Je tente d’amener Linara à la raison. Je lui ordonne de nous laisser la voie libre. Je lui demande de ne pas prévenir Palar de notre intervention. Elle annonce aussitôt qu’il s’est lancé à nos trousses. On fonce. Vorgen veut s’arrêter pour bricoler les défenses mais c’est déjà la deuxième fois qu’il échoue…

Une porte blindée plus tard et nous tombons sur une barricade. Un tir de barrage nous accueille. On saute tous sur les côtés sauf le technoprêtre qui se prend malheureusement un tir. Mais cela n’est pas suffisant pour le jeter à terre. Protégé par son armure il s’en sort même plutôt bien.

Je tente une sortie pour interrompre les hostilités. Mais les tirs fusent vers moi. L’un d’eux me touche en pleine tête. Je me planque vite fait à l’abri. Je retire mon casque quelques secondes pour reprendre mon souffle et mes esprits. Je commence à réfléchir à une solution qui ferait intervenir le Cobra. Et j’essaie de comprendre pourquoi une résistance si active de l’équipage, qui doit subir de plein fouet le joug des pèlerins.

Alors que les tirs s’arrêtent et que tous les types derrière le barrage ont été refroidis, je remarque alors que les défenseurs étaient tous des fanatiques. Ils sont bien plus proches du centre de commandement que je ne l’imaginais.

Un de nos hommes a malheureusement été tué par un tir chanceux. Vorgen nous rejoint après le combat. Il n’a pas réussi à entrer en contact avec l’esprit de la machine.

Nous fonçons. Nous arrivons à la passerelle de commandement. Mais elle est bloquée. Vorgen tente de l’ouvrir mais il n’arrive pas à se dépêtrer avec les commandes, il finit même par la bloquer. On doit trouver un autre passage. Mais rien à portée. Putain ! Les mecs arrivent par derrière de notre position. On est bloqué !

Une grenade est lancée dans notre direction par l’équipe de défense du Iocanthus. Dimitrius fonce vers les gars. Et merde… Je me lance sur la grenade et je la renvoie du côté de nos agresseurs. La grenade explose et des morceaux de corps giclent un peu partout. Je ne sais pas si le maître timonier s’en est tiré. Les hommes me regardent avec une certaine fierté. Il faut dire que je n’ai pas beaucoup hésité avant de me lancer sur la grenade.

Nous avançons vers la position tenue par nos assaillants. Je répartis les hommes pour qu’ils couvrent l’ensemble des couloirs d’accès et nous empêchent de subir de nouveaux tirs pendant que les fanatiques peinent à se remettre de l’explosion. Nous retrouvons Dimitrius. Il est un peu amoché mais il a survécu à l’explosion.

Le reste est un vrai massacre. Pas digne d’une grande bataille. Mais que peut-on faire face à des tarés qui se moquent de mourir ?

Une fois l’escouade de défenseurs exterminés, nous nous relançons à la recherche d’une entrée vers la salle de commandement. J’utilise ma com-vox. J’entends un tir puis la voix de Linara Kobolt qui annonce que son équipage se rend. Elle nous ouvre ensuite l’accès à la passerelle. La commandante lâche son flingue. Un type git à ses pieds. Les autres membres d’équipage lèvent les bras en l’air.

Linara Kobolt est une grosse femme avec un implant cybernétique qui couvre une bonne partie de son petit visage. Elle s’excuse et dit qu’elle était menacée par un lieutenant des pèlerins.

J’apprends que Palar était le chapelain du Iocanthus. Il a organisé une épuration ethnique à bord avant de prendre par la force le contrôle du vaisseau. Linara met son vaisseau à notre disposition tandis que Darius organise la mort des fanatiques avec les hommes de l’escouade. C’est une véritable boucherie. Pas de quoi être très fière… D’autant que cela prend presque une journée entière.

Une fois maîtresse du Iocanthus, je contacte Marteck pour lui annoncer la nouvelle. Puis je consulte les membres de mon équipe pour savoir comment prendre les colons de Marteck une fois que l’énergie sera coupée dans la forteresse Yu’Wath. L’attraction exercée par l’étoile ne devrait pas être un soucis si nous ne tardons pas à faire décoller le Iocanthus du champ d’astéroïdes. Mais pour cela nous allons devoir amener une partie de l’équipage du Cobra sur l’ex vaisseau pèlerin. Encore qu’il nous manque encore un Navigator.

Je finis par envoyer Kara Wrath sur Marteck afin qu’elle y découvre un mutant capable de servir de Navigator provisoire. Elle est accompagnée d’une sacrée troupe armée. Pas question qu’elle court le moindre danger.

Linara Kobolt prête serment à ma dynastie et met son vaisseau sous mon commandement. Une sage décision. Mais il nous reste beaucoup de chose à faire. Dont la première est de nous rendre sur la forteresse Yu’Wath et d’en saboter le relais énergétique.