Chargement...
 
Imprimer

Journal d'une Mahoutsume : Yuko 02

Chapitre précédent - Chapitre suivant?

 
Après quelques jours d’attente, la nouvelle tant attendue du groupe Richelieu tomba. Il annonça être en capacité de faire des greffes génétiques sur des officiers corporatistes afin de développer les mêmes talents que les Mahoutsume. Seul Ryuichi ne semblait pas troublé par cette nouvelle. Il paraissait presque enjouer. Bizarre…
Quelques jours passèrent.

Un jour, en fin d’après-midi, une terrible nouvelle arriva au Ryokan. Une mahoutsume, Atsuyo, venait d’être retrouvée morte. La rumeur laissait penser à un meurtre. Elle avait trouvé la mort dans l’unité 8 d’Umichi (une des archologies du secteur en question). L’unité 8 a été lourdement endommagée lors de la guerre. Je me demandais bien ce qu’Atsuyo cherchait là-bas.

Alors que Ryuichi faisait le tour des habitants sur la demande de la Mère, afin de recueillir des propos sur la défunte pour la cérémonie prévue pour elle. Mais, bizarrement, personne ne semblait vraiment la connaître.
Pour ma part j’allais voir Nakame, la Chasseuse, pour réclamer la mission d’Atsuyo dans le secteur 8. Mais elle ne savait pas pour quelle raison la mahoutsume se trouvait là-bas. Je lui demandai alors d’aller voir sur place pour éclaircir le mystère mais la Gardienne l’avait interdit. Je retournais donc à mon entraînement.

Plusieurs mahoutsume partirent, à la nuit tombée, sûrement pour patrouiller du côté du secteur 8. Mais elles revinrent dans la nuit… bredouilles. Ryuichi nous confia que Atsuyo avait un amant dans le secteur 8 et même probablement des enfants. Puis il nous informa que la mahoutsume avait même participé à des expériences avec le groupe Richelieu, avant d’avouer que c’était une blague… drôle d’humour…

Le lendemain, dans la matinée, Ryuichi, après une visite à l’ancien établissement où travaillait Atsuyo, le Cerisier Bleu, nous confia qu’elle avait été virée de là-bas car trop indépendante et aussi parcequ’elle avait une relation avec un officier de la Sphère.

Une autre information arriva dans la matinée. Atsuyo avait été tuée par balles.

Ryuichi, Kenta et moi nous nous rendîmes du côté du secteur 8 d’Umichi. Les lieux étaient désert. Une vaste bande de terrains à l’abandon séparaient la zone corporatiste de l’archologie. Deux gangs se disputaient le secteur : les Clowns et les Lapins Belliqueux. Il était évident qu’ils occupaient les deux premiers étages de l’archologie. Ces étages devaient servir de quartier rouge aux habitants du coin d’après Ryuichi. Je ne savais pas trop de quoi il parlait alors mais Kenta et Ryuichi s’accordaient à dire que cela ressemblait à Tanuchichi. Humm…

J’avançais le nez dans mes chaussures, ne pouvant pas prendre part à la conversation des deux autres. Quand tout d’un coup je remarque que des gens me barrent le passage. C’étaient des gangers. Je demandai pardon et je les contournai.

Un des gars m’interpella. Il prétendit me reconnaître. Que j’étais celle qui avait tué Radja. Que ma tête était mise à prix. Il me prévint enfin que c’était dangereux pour moi si je venais à croiser des Matsuda. J’eu peur un instant. Mais le type s’éloigna. Je repris alors ma route.

Puis tout un coup une rafale se fit entendre. Kanoko venait d’exploser en centaines de particules Ki. Hein ? Le type qui venait de me parler tenait un pistolet mitrailleur à la main. Il ricana et lança « T’es conne ou quoi ? Ne tourne jamais le dos à un ennemi ! ». Puis il se barra, protégé par ses deux potes. Ryuichi et Kenta m’intervinrent pas, de peur de déclencher des hostilités de la part des gangs du coin.

Je n’avais plus aucun moyen de me mouvoir sans trop être ralentie. Je trouvais donc un endroit pour me transformer en Kimiko. Kimiko était la seule apparence que j’arrivais à prendre grâce à mon pouvoir de métamorphose. Je m’étais inspirée de mangas et de jeux vidéo pour la concevoir. C’était une grande et belle femme aux longs cheveux bleus vêtue d’une tenue orange et d’un casque de pilote de Uji stylé. Je me sentais bien sous cette apparence. J’avais enfin l’impression que les gens ne se contentaient pas de m’ignorer.

Ryuichi et Kenta furent surpris de me voir ainsi transformer. Ils détournèrent même le regard. Je n’ai jamais trop su pourquoi.

Nous approchâmes de l’archologie. Il n’y avait vraiment pas grand monde à cette heure là. Juste les restes d’une célébration récente dont trainaient des flyers et des affiches un peu partout : la Nuit des Akumas.

Nous montions vers les étages résidentiels. Cela ressemblait à un tas de taudis dans un ancien immeuble de bureaux corporatistes. Ryuichi et Kenta débattaient sur le fait étrange que personne n’était jusqu’alors venu nous voir. Ils disaient tout cela en me fixant du regard. Je ne savais pas pourquoi mais je n’aimais pas trop ça.

Puis, des mecs accostèrent Ryuichi. Ensemble ils parlent du meurtre. D’après les types cela provenait du quartier résidentiel. Puis ils changèrent de sujet. J’entendais pas très bien mais ils parlaient de « pouliche ». Le leader du groupe se présenta au bout d’un moment. Il s’appelait Juniki.

Je m’incrustai alors dans la conversation que j’avais du mal à saisir car Ryuichi faisait exprès de ne pas parler très fort. J’eu l’impression que Kenta et Ryuichi me prenait pour une andouille. Kenta parla même de la nuit des Akumas comme si je ne savais pas ce qu’était un Akuma.

Alors que Juniki repartait avec ses gardes du corps, Ryuichi me confia que celui-ci me prenait pour une prostituée ou une strip-teaseuse. N’importe quoi ! J’étais un peu gênée par cette révélation et je me terrai dans le silence.

Nous montâmes dans les étages. Nous trouvâmes un vieux type dans une tenue d’employé de bureau très usée. Il habitait un petit appart. Non loin de chez lui se trouvaient des traces de sang. Il prétendait ne rien savoir mais, pour lui, le récent meurtre était l’œuvre d’un Akuma.

Le vieil homme critiqua l’Oiseau Tempête qui selon lui ne protégeait pas assez bien le secteur, avant d’enchainer et dire que les nouveaux soldats mahoutsume du groupe Richelieu étaient une vraie aubaine. N’importe quoi ! Je retournai chercher des indices du côté des traces de sang.

Puis, sur les conseils du vieux, nous allons voir un certain Okke. Celui-ci était un homme d’une quarantaine d’années. Nous le croisâmes alors qu’il descendait travailler aux étages inférieurs. Il reconnu Atsuyo et prétendit que des Akumas l’avait tuée. Mais comment pouvait-il les voir ? Cela devait être des fêtards de la nuit des Akumas…