Chargement...
 
Imprimer

Carnet de voyages de Nora Mohr 008

Chapitre précédent - Chapitre suivant?

Le minotaure du tumulus

Après notre expédition dans les égouts de Middenheim, nous faisons un rapport détaillé de la situation à Minrat et Schutzman. Les nains présents sont heureux de savoir que nous avons mis la main sur un ancien temple nain. Personnellement je n’ai vu qu’une pièce carrée avec une statue de nain au milieu… Si c’est ça un temple nain…

Une fois le rapport fait je rentre précipitamment à l’auberge pour faire nettoyer mes vêtements, en changer et, surtout, prendre un bon bain chaud et parfumé de doux arômes fruités. Je profite du reste de la journée pour me reposer.

Le lendemain matin, alors que je déjeune tranquillement à l’Erudit, un messager arrive à l’auberge, c’est un jeune gamin. Il dit que le père supérieur du temple d’Ulric, un certain Ranulf, désire me voir au plus vite. Le garçon sait qu’il s’agit de parler de l’enquête mais n’en sait pas vraiment plus.

Un peu plus tard mes compagnons arrivent avec un nain qui sera mon garde du corps. Il prononce un nom bien trop long quand il se présente… du coup je vais me contenter de l’appeler Grin. Il s’exprime avec un langage châtié et manque cruellement d’étiquette. Il a franchement l’air de me prendre pour une roturière et quand on lui annonce qu’il se plante, il commence à placer des « madame » tout le temps.

Après la découverte, assez désagréable, de notre nouveau compagnon, nous allons au temple d’Ulric. J’espère juste que le nain ne va pas trop ouvrir la bouche, il serait capable d’insulter, sans vraiment le vouloir, le grand prêtre. Pour ma part je fais attention à bien cacher mon médaillon de Sigmar.

Au niveau du temple je découvre la statue d’un immense loup juché sur la ville de Middenheim. Le gamin de ce matin nous attend devant les portes du temple mais il nous entraîne vers l’aile ouest au moment où nous nous présentons à lui. Il nous conduit jusqu’à la salle des diacres où deux prêtres nous attendent assis autour d’une table circulaire.

Les deux hommes se lèvent à notre arrivée. L’un se présente comme étant le grand prêtre Ranulf et l’autre s’appelle Odo. Il est aveugle et le gamin l’aide dans ses déplacements. Tout le monde s’installe autour de la table. Ranulf nous annonce qu’Odo a eu une vision troublante et qu’il a vu avec le Guet pour résoudre le problème qui va arriver. Il s’est décidé à faire appel à nous à cause de notre récent succès avec les skavens. Hummm…

Comme Odo est le seul à avoir eu la vision, il prend la parole et tente de nous faire un récit le plus précis possible de son rêve. Il dit s’être retrouvé dans une clairière avec une pierre levée décorée de crânes. L’édifice suintait le sang. Puis le sang s’est mis à briller et un tremblement de terre a scindé le sol en deux. Un guerrier noir avec un bouclier au symbole de Khorne est alors apparu. Il portait un collier auquel était attaché un crâne en airain. De cet objet semblait provenir son pouvoir. Mais Odo n’en sait pas plus car c’est à cet instant qu’il s’est évanoui.

Fort heureusement le crâne et le lieu qu’Odo a décrits sont connus. Il s’agirait d’un artefact enterré dans la tombe d’un guerrier du Chaos au cœur de la forêt de la Drakwald. Et dire qu’on va se lancer dans cette mission foutrement dangereuse juste parce que Schutzman nous tient en haute-estime… Moi j’ai plus l’impression qu’il essaie de nous faire tuer. Mais le père Ranulf s’engage à m’aider à faire reconnaître mon rang et à donner une charge à mes compagnons. Comment dire non ?

Je convaincs Odo de prendre son apprenti avec lui pour le guider lors de cette expédition. Nous ne partirons que demain matin car il reste quelques préparatifs à faire pour le voyage. Odo se charge juste d’amener une boîte plombée pour enfermer l’objet du Chaos.

Ensuite je quitte le temple. Je retourne en ville pour me faire confectionner une tenue de voyage confortable. Puis je retourne à l’Erudit pour écrire une lettre au chancelier et l’informer de ma nouvelle mission avant de faire mander un maître d’armes pour parfaire mon entraînement.
Quand le maître d’armes arrive, il me fait faire quelques passes avec lui. Il juge mon niveau assez pitoyable et va m’orienter vers un confrère spécialiste des armes de tir.

Nous partons le lendemain matin. J’ai ma nouvelle tenue, bien plus pratique que mes vêtements ordinaires. J’aime bien malgré le pantalon qui fait un peu trop masculin à mon goût. Alors que nous nous dirigeons vers la Drakewald, j’interroge Odo sur son pouvoir à détecter les créatures maléfiques comme je l’ai entendu la veille.

Nous avançons toute la journée vers la pierre des Hordes.

Pendant la nuit les cris de frayeur d’Odo durent une bonne heure, pendant laquelle il est impossible de fermer l’œil. Du coup nous sommes contraints de tous veiller le camp pour éviter une mauvaise surprise. Mes compagnons semblent très inquiets et n’arrivent pas à se reposer correctement.
Au réveil le père Odo semble au plus mal. Je l’aide à marcher aidée par le gamin. Heureusement, en fin de journée, nous sommes sur les lieux. Je réalise juste que le retour à Middenheim ne sera peut-être pas aussi simple.

Au centre de la clairière, comme prévu, se trouve un haut tumulus herbeux et sur celui-ci un pilier gravé de crânes. Au pied du tumulus se trouve une sorte de hutte et le Grin entend du bruit qui en provient. Nous faisons donc le tour pour voir ce qui s’y cache. Odo semble bien mal et nous dit percevoir le Mal qui émane de la hutte.

Une fois dans la bonne position nous apercevons l’entrée du tumulus et l’intérieur de la hutte. Une créature est en train d’en gratter le sol. C’est un minotaure !

Dans les bois nous nous organisons. Le prêtre et le gamin s’enfoncent un peu pour être à l’abri. Pour ma part je m’installe un peu en hauteur. Puis les choses s’enchainent très vite. Le carreau du nain percute le minotaure dans le dos. La créature hurle de douleur et charge dans notre direction. Il fonce contre un furieux. Mon tir le percute ainsi que la flèche d’Ulfred. Puis le nain se lance à la charge de la créature… pure folie !

Le nain se retrouve projeté de dix mètres en arrière. La terreur m’envahie alors et je grimpe vers le haut de l’arbre. Puis j’entends une prière. Elle vient d’Odo. Un hurlement de loup qui m’apaise. Je commence à redescendre et je fonce vers le lieu où le nain est en train d’affronter le minotaure comme il peut. Le bras droit du minotaure est alors arraché par une flèche et l’instant d’après la lourde hache du nain tranche sa main gauche. La bête s’écroule alors.

Après que le prêtre ait porté quelques soins à Grin. A l’entrée du tumulus Grin et Ulfred dégagent le passage encombré par le minotaure. Puis une lourde porte de pierre est entrouverte par le nain et nos efforts conjugués.

Nous nous retrouvons face à un couloir en « T ». Les murs sont peints de rouge. Partout traîne des ossements. Mais, quelque part, il doit y avoir vers une autre partie du tombeau. Et déjà le petit couloir dans lequel nous sommes n’augure rien de bon.