Chargement...
 
Imprimer

Carnet de voyages de Nora Mohr 007

Chapitre précédent - Chapitre suivant

des rats dans les égouts

Je retourne à l’Erudit après ma visite auprès du chancelier. Ulfred et Vladimir me rejoignent là-bas pour me parler de skavens, des hommes-rats vils et sournois. Je doute que la milice nous laisse en paix avec cette découverte et elle va nous refiler le problème à coup sûr. Nous décidons donc d’aller à la rencontre des nains pour les faire embaucher.

Nous allons jusqu’à un ancien bâtiment administratif situé dans le quartier est. Les réfugiés sont très nombreux dans le secteur et s’entassent tant bien que mal dans les rues du quartier. Nous descendons dans les sous-sols jusqu’à une pièce enfumée du grand bâtiment. Une odeur méphitique règne dans l’air et la fumée me pique les yeux. Je me hâte donc de soumettre l’idée d’une chasse aux skavens dans les égouts de la ville.

Après l’entrevue avec les nains, qui semblent plutôt partant pour l’expédition, nous ressortons dans une ruelle. Une dizaine de types attendent à quelques mètres de là. Je glisse la main sous ma robe ce qui provoque l’hilarité d’un pauvre type qui lance quelques « blagues » salaces avant de se taire au moment même où je dégaine mon pistolet. Un autre malandrin avec une épée à la main me propose de me montrer son « artillerie » à lui… Vladimir repère deux autres voleurs qui tentaient de nous contourner. Il y a un moment de flottement dont nous profitons pour nous tirer de là.

Retour à l’Erudit pour un repos bien mérité.

Le lendemain matin, enfin en milieu de matinée, j’arrive au Guet alors que les groupes pour les égouts sont en train de se constituer. Les nains ont été embauchés et sont répartis dans les différentes équipes. Dire que je vais devoir aller dans les profondeurs immondes de cette ville…

Je me fais donc ajuster une armure et les égoutiers me remettent, ainsi qu’à mes compagnons, de très hautes bottes. Un ensemble charmant… Mais bon je préfère ça à devoir patauger dans les immondices sans protection.

Une fois sur place le nain prend les devants. Je passe juste derrière lui avec la lanterne. L’odeur est vraiment ignoble malgré le foulard gorgé de parfum que j’ai sur la bouche et le nez. Nous enchaînons de parcourir de longs couloirs interminables au son des rats qui s’enfuient devant la lumière de la lanterne.

Nous avançons jusqu’à une immense grille qui donne vers l’extérieur et qui permet de déverser le contenu des égouts hors de Middenheim. Mais, juste à côté de celle-ci, se trouve un trou et un tunnel qui s’enfonce dans les profondeurs. Il est assez évident que l’accès au tunnel a été dégagé il y a peu. Nous nous enfonçons d’une dizaine de mètres dans le tunnel pour faire une petite pause, manger et boire un peu alors que l’odeur de merde ne flotte plus atrocement dans l’air.

Nous reprenons ensuite notre avancée. Vladimir s’attèle à jouer les éclaireurs. A un moment il vient nous rapporter qu’il y a un garde skaven non loin de notre position. Le nain et le bateleur vont tenter de l’avoir à distance. Malheureusement l’opération n’est pas une réussite et nous sommes contraints de fuir alors qu’une troupe de ses saloperies d’hommes-rats est à nos trousses.

A la sortie du tunnel je bondis sur le côté et quelques instants plus tard j’abats mon épée sur le crâne d’un skaven qui arrive à pleine vitesse hors du tunnel. Celui-ci va s’écraser dans la mélasse des égouts. Le nain et Vladimir, coincés du côté de la grille, ferraillent ensemble contre deux hommes-rats.

J’esquive un coup de lame avec mon bouclier et je tente d’asséner des coups comme je peux. Un des skavens s’écroule assez vite, mortellement touché par mon épée. L’assassin tente bien de s’interposer dans le combat avec sa sarbacane mais son projectile manque de peu et se fige dans mon bouclier. Je pousse un soupir de soulagement au moment où je vois la peinture du bouclier partir en fumée.

Alors que l’assassin est presque le seul skaven debout il tente de fuir. J’ai le temps de lui asséner un violent coup dans le dos au moment où il rompt le combat avec moi mais il s’enfuit tout de même.

Une fois que les skavens ne sont plus un problème, nous descendons de nouveau dans le tunnel. Nous y trouvons, tout au bout, une pièce de vie avec pas mal de détritus. Dans une autre pièce nous retrouvons le cadre de l’icône mais pas celle-ci, ni le livre volé, ni les plans… Nous ressortons de là d’un pas pressé.