Chargement...
 
Imprimer

Athalame

La première partie où Meredith est le meneur de jeu - le 28 septembre 2011heart

Meneur : Meredith

Joueurs : LG, Gabrielle

 

Je suis Kerik McDermott, un nain, et je suis accompagné de Athalante, une très jeune elfe excellente combattante (jouée par Gabrielle, 6 ans hier).

Le roi Alfar III nous convoque dans la salle du trône. Des trolls veulent s’emparer du royaume.  Tous ceux qui ont voulu vaincre le chef sont morts, parce que c’est un très grand magicien (même si ses troupes sont peu expérimentées). La seule qui peut le vaincre est une araignée géante appelée Alstasia, magicienne elle-même, qui était le professeur (la « maman ») du troll. Elle habite dans les grandes plaines des terres froids, au nord du royaume – là-bas, tous les gens ont le pouvoir de se transformer en animal.

Le roi ne sait pas ce qui nous attend. Mais il faut trouver l’araignée et la convaincre de nous aider, mais le roi ne sait pas comment.

Il faut qu’on aille au marché pour trouver une monture assez solide pour supporter le froid. Et des vêtements chauds. Le roi nous donne de quoi nous équiper – il connaît un marchand appelé Arn Grot qui nous fera un prix. Le marchand est un ami d’enfance du roi, devenu très riche. Beaucoup de gens viennent le voir.

On se présente à sa boutique. On lui demande des rations de fer, des montures et des vêtements chauds. Il nous propose des Zorgs (grosse monture bipède avec un duvet chaud. Son lait ne se boit pas, mais on peut le malaxer pour créer une matière chaude et douce. Sa morsure est venimeuse et il peut créer une sorte de bouclier de force devant lui) ou des Galis à poils longs (une sorte de gros loup poilu avec une longue queue. Pour se défendre, il peut doubler le nombre de ses dents et hérisser les poils de sa queue de crochets venimeux).

Athalante choisit un gali. Moi je choisis une zorg femelle. On prend des grands manteaux longs et on complète nos sacs.

On se met en route vers le nord.

A un moment, au crépuscule, on arrive devant une cascade d’eau fraîche. L’herbe est moelleuse. L’endroit est idyllique. Il y a une sorte de verger. Il y a cinq gros dragons, mais qui ont l’air pacifiques. Ce sont eux qui ont planté le verger.  Un mâle dominant, deux jeunes mâles, trois femelles et trois petits.  Ce sont des dragons du nouveau monde.  Nous leur demandons l’autorisation de planter notre tente non loin. Ils n’aiment pas la violence. Nous leur demandons s’ils connaissent l’araignée. Le mâle dominant, Adol le grand, sait qu’elle est amie avec une jeune fille qui est son assistante et qui s’appelle Mireille. Une humaine qui peut se transformer en renard. Elle se trouve dans la sixième maison des plaines.

Les dragons nous proposent de boire de l’eau de jouvence, mais si on veut, d’un coup de griffe magique, ils peuvent en faire du jus d’orange, du chocolat chaud, ce que l’on veut. Nous leur proposons du lait de la Zorg pour faire un tapis de jeu pour leur petits.

Les dragons connaissent notre village – ils viennent l’été pour faire du commerce. Les fruits qu’ils nous proposent sont très bons. Nous les remercions pour leur hospitalité.

(Athalante demande à sauvegarder la partie – bons réflexes déjà).

Une des femelles dragons, Millia, nous propose de nous accompagner à la frontière des plaines. Je décline l’offre, mais Athalante insiste (« S’il te plaît, papa, on peut l’emmener »). Elle nous dit qu’un train mené par un élémentaire de Terre va passer non loin d’ici qui monte vers le nord jusqu’au terres froides. Millia emmène deux zorgs femelles avec elle.

Nous allons au train. Millia a fabriqué une nacelle en lait de zorg pour que l’on s’installe avec nos animaux. Elle va nous emmener en volant.  Nous décollons. Un élémentaire d’air annonce sur les quais « le train de l’élémentaire de terre pour les terres froides va passer dans un quart d’heure ».  Millia nous laisse là pour retourner à sa famille.

Nous prenons le train qui nous emmène aux limites des terres froides. C’est vrai que c’est une frontière. D’un côté, c’est une plaine verte et tranquille. De l’autre côté de la ligne, tout est couvert de neige et de glace. C’est vraiment bizarre. Il y a même des traits pointillés au sol – pour ne pas confondre les deux pays.

J’enfile mon manteau lourd et je passe la frontière. Il y a des gens qui passent. Il y a une jeune fille qui se transforme en animal – en fait les gens se changent en prédateurs pour pouvoir chasser et survivre dans ces terres difficiles. Elle croise les bras, se met à genou et petit à petit se transforme en renard, avec un peu de brume qui cache un peu la transformation. Il y a aussi des tigres.

Je m’approche de la renarde et la questionne. Elle se retransforme. Elle s’appelle Sophie Renard. Je lui demande où trouver Mireille. C’est sa grande sœur, mais elle a disparu en « allant faire les courses » (aller chasser en fait).  Mireille est la seule à savoir où vit Alstasia.  Mais elle est peut-être revenue (« maman n’aime pas qu’on soit en retard le soir »).  Il y aurait de la trompe d’ours-éléphant sauce madère à manger (avec des pattes de serpent en légumes).  

Sophie nous invite à venir chez elle. Nous marchons dans une neige épaisse. C’est très beau. La maison est une sorte d’igloo, tout petit. Mais l’intérieur est immense, gigantesque. Un escalier. Il fait chaud et c’est très cosy. La maman a juste les oreilles et la queue des renards (« elle aime cette apparence, parce que ça donne l’air rusé »). Les gens ici ont trois apparences (humain, renard et mixte). La maman s’appelle Calaroseille.  Mireille est revenue. Sa maman l’appelle.

Je demande à Mireille où trouver l’araignée. Elle s’habille très rapidement (elle était déjà en pyjama) pour nous accompagner. Nous emmenons de la nourriture – Alstasia mange des mouches, mais elle adore la viande de mulot et la trompe d’ours-éléphant.

La maison est difficile à trouver, mais sur la porte est marquée « Sorcière ». La maison et la porte sont fabriquées en toile d’araignée durcie.  Avant, les facteurs faisaient la tournée en forme de mouche, mais l’araignée les mangeaient quand ils se prenaient dans les toiles. Le chef des postes a décidé qu’ils se changeraient en Zazette bleue géante (des sortes de lézards).  La sonnette est en forme de cœur noir.

Mireille sonne. On entend des bruits étranges. Une grosse araignée à dix pattes et quatre mandibules et seulement deux yeux – pour ne pas effrayer les gens (en fait elle ferme les six autres). Elle a une grosse robe blanche. Elle a un chapeau à voilette.  Comme je rate mon jet de sauvegarde (12 sur 14) je recule d’un pas, un peu effrayé. L’araignée a eu aussi un peu peur.

Elle a une voix tremblante. « N’ayez pas peur. Bonjour Mireille. M’as-tu apporté à manger ? J’aime plus les mouches. C’est pas bon. Bonjour monsieur, je vous attendais. »

L’araignée boit une potion et se transforme en humaine (mais avec deux mandibules). Elle a de longs cheveux noirs. « Pour convaincre le troll, ça va être très dur. Il faut le pouvoir du Baratin. C’est un pouvoir puissant, mais difficile à obtenir. » Elle peut nous enseigner le pouvoir. Mais il faudra s’en montrer digne. Pour cela, il faut que je réponde à une énigme. Je réponds sans problème ^^

Il faut une journée pour que j’apprenne le pouvoir de baratin.